Maladies et ravageurs

L’hellébore est une plante très résistante. Il est toutefois essentiel de choisir le bon emplacement afin que les plantes poussent bien et puissent braver les attaques des organismes nuisibles. Et c’est grâce aux travaux intensifs d’amélioration génétique des années passées que les variétés de l’Helleborus Gold Collection® sont peu sensibles aux maladies et aux ravageurs.Voici la description des maladies et ravageurs que l’on peut trouver sur les hellébores. 

Ravageurs :

Des pucerons peuvent apparaître sur les jeunes plants ou les feuilles fraîches, et très rarement des mineuses. La lutte contre ces hôtes indésirables tout comme la lutte contre les limaces, qui peuvent faire leur apparition pendant les étés humides, peut s'effectuer avec les produits biologiques prévus à cet usage et disponibles dans les jardineries spécialisées.

Pour lutter contre les limaces, on peut aussi avoir recours au « piège à bière » connu de longue date. Il est possible de lutter contre les pucerons avec une bouillie d’orties maison. Pulvériser les plantes avec cette préparation (Voir le livre « Connaissance de base du potager biologique » de Marie Luise Kreuter).

Il arrive parfois, si l'hiver est rude, que des souris dévorent les bourgeons. Là le chat des voisins peut être utile.

Si les plants sont inexplicablement chétifs, et que cela ne disparaît pas, même avec des soins particuliers, il peut s’agir d’une attaque de nématodes des racines. Les nématodes sont des vers microscopiques invisibles à l’œil nu. Ils sucent le contenu des racines et perturbent l’alimentation hydrique et nutritive de la plante. Il est difficile de lutter contre eux. C'est pourquoi lorsque des plantes présentent ces symptômes, il faut s’en débarrasser dans les déchets résiduels afin que les nématodes ne se propagent pas.

De plus, des thrips peuvent aussi s’installer en automne dans les plantes. Pour les éliminer, il faut généralement ne rien faire car, dès les premières gelées, ils disparaîtront aussi vite qu’ils sont apparus. L’été, il est possible aussi d’avoir des dégâts dus aux chenilles sur fleurs et feuilles, mais c’est généralement intermittent et il n’y a rien à faire non plus dans ce cas.

HGC® Joel℗

Feuillage frais, encore délicat de Helleborus x hybridus en avril

Maladies :

Les maladies provoquées par des champignons sont très fâcheuses car elles ne dégradent pas seulement l’aspect de la plante mais peuvent aussi entraîner le dépérissement de l’ensemble de la plante.

La maladie des taches noires causée par un champignon, Coniothyrium hellebori, est la maladie la plus répandue sur les hellébores. Comme l’indique son nom, des taches noires apparaissent sur les parties infestées de la plante, souvent à partir des bordures des feuilles. Comme toutes les parties de l’hellébore peuvent être atteintes, il faut démarrer un programme complet de traitement dès l'apparition des premiers symptômes. Retirer strictement les parties atteintes de la plante puis les éliminer dans les déchets résiduels, afin que le champignon ne se propage pas.

Après ces mesures d’urgence, il faut garder ensuite un œil attentif sur la plante infestée. La santé végétale peut être indirectement améliorée si l’on optimise l'emplacement, en effet, une attaque du champignon sera favorisée à un emplacement à trop faible pH ou trop humide.

La maladie des taches noires ne doit pas être confondue avec le « Black Death ». Black Death est une maladie à virus, qui peut provoquer des stries zébrées sur les feuilles atteintes. Les fleurs peuvent aussi être rayées. Comme il n’est pas possible de lutter contre les virus, les plantes infestées doivent être éliminées immédiatement. En mesure préventive, il est recommandé de lutter directement contre les pucerons, car ce sont eux les vecteurs des virus.

Au printemps, les pétioles apparemment sains peuvent être infestés par une pourriture du rhizome et une fusariose des tiges. Les symptômes de ces maladies sont les suivants : les rameaux se cassent au sol sans raison apparente et présentent à la base des taches brunes à noirâtres. Différents champignons peuvent être responsables, comme par ex. Pythium, Phytophtora ou Rhizoctonia. Comme il est difficile de lutter contre ces pathogènes, il faut veiller à ce que les plantes soient installées dans un sol bien drainé car l’humidité stagnante peut favoriser l’apparition de ces champignons.