Diffusion

Il est probable que les ancêtres de l’actuel hellébore se sont diffusés le long du littoral de la mer Méditerranée d’alors, au cours de la formation géologique, de l’Asie du Sud-Est vers l’Occident. C’est l’alternance constante entre des périodes chaudes et froides à cette époque qui ont donné à la plante la capacité de retarder sa croissance et sa floraison et même de les interrompre. Un autre vestige de cette époque est la faculté, plus ou moins marquée, de réagir au gel en faisant baisser la pression cellulaire. Lorsque les températures remontent, cet effet peut être réversible. Ce phénomène peut s’observer facilement le matin, lorsque la nuit a été très froide ; les feuilles et les fleurs sont d’abord tournées vers le sol, et au cours de la journée lorsque les températures remontent, elles se sont complètement redressées.

La diffusion du genre Helleborus se limite à l’hémisphère nord, en Europe et en Asie. C’est autour de la mer Baltique que l’on trouve la plus grande concentration d’espèces d’hellébores, mais les côtes de la mer Noire en hébergent aussi quelques espèces.

Seules les espèces Helleborus vesicarius et Helleborus thibetanus ne sont pas présentes dans ces régions. Helleborus vesicarius pousse dans la région limitrophe entre la Syrie et la Turquie. Helleborus thibetanus vient de Chine.